La perception de l’enjeu stratégique des terres rares

4 février, 2016 · Poster un commentaire 

Les « terres rares » sont un groupe de métaux aux propriétés voisines constitué d’un ensemble de dix-sept éléments. Les particularités des différentes terres rares ont permis le développement de nombreuses technologies de pointes. Dans le domaine de l’énergie notamment, l’éolien, la voiture hybride et les ampoules à économie d’énergie dépendent désormais totalement d’elles(1). De même, de nombreuses technologies militaires de pointe reposent sur les terres rares, comme les satellites, les systèmes de guidage, les systèmes de défense antimissile et l’aérospatiale(2). La suite

Qui s’oppose au repositionnement militaire du Japon ?

26 octobre, 2015 · Poster un commentaire 

Avec l’Allemagne, le Japon est la seconde grande puissance vaincue à l’issue de la Deuxième Guerre mondiale. Après 1945, il confie sa sécurité aux États-Unis. Puis se dote, en 1947, d’une constitution pacifiste qui lui interdit le recours à la force armée lors de conflits interétatiques. La défense de son territoire durant la guerre froide justifiera cependant la création des FAD (forces d’autodéfense). La suite

Catastrophe nucléaire : le Japon victime de son orgueil national

1 avril, 2011 · 11 commentaires 

Dans les premiers jours de la catastrophe, le Japon était prêt à accueillir un avion de type Antonov transportant du matériel destiné à la centrale nucléaire japonaise de Fukushima. Mais la décision de l’ambassadeur de France au Japon de faire distribuer des pastilles d’iode aux membres de la communauté française a irrité les autorités locales. Le fait de distribuer ces pastilles monte d’un cran le niveau d’alerte nucléaire qui asse de 5 à 6. La suite

L’entreprise privée japonaise Tepco est-elle fiable dans le nucléaire ?

1 avril, 2011 · 6 commentaires 

Selon les agences de presse EFP et Reuters, la centrale nucléaire japonaise de Fukushima 1 ne sera plus utilisée après l’enchaînement d’accidents survenus dans ses réacteurs à la suite du séisme et du tsunami du 11 mars, a déclaré, dimanche, le porte-parole du gouvernement. Si cette décision était entérinée par l’opérateur privé Tokyo Electric Power (Tepco), Fukushima deviendrait la plus grande ruine nucléaire du monde, devant Tchernobyl qui ne comptait que quatre réacteurs achevés au moment de l’accident en 1986.
Tepco n’est pas une entreprise rassurante dans le domaine du nucléaire. La suite

La guerre de l’information japonaise sur les Îles Kouriles

11 mars, 2010 · 5 commentaires 

En 1945, suite à la capitulation du Japon, l’URSS annexa le sud des Îles Kouriles, appelées Territoires du Nord par les Japonais et dont la partie la plus méridionale se trouve à seulement 7 kilomètres de l’île d’Hokkaido. Depuis cette date, aucun traité de paix na été signé entre les deux pays, ce qui pourrait paraître surprenant 65 ans après la fin de la deuxième guerre mondiale. Les raisons principales sont le contentieux qui porte sur les Îles, réclamées par le Japon depuis de nombreuses années. La suite

Focus de Knowckers.org : L’enjeu de la réciprocité dans les échanges

26 juin, 2008 · Poster un commentaire 

Les grandes puissances économiques mondiales semblent depuis quelques années avoir pris la mesure de l’importance du patriotisme économique. En effet, que ce soit des pays développés comme les Etats-Unis ou le Japon ou des pays en voie de développement comme la Chine, tous paraissent d’accord sur un point : la nécessité d’une certaine forme de protectionnisme pour garder sa place dans l’affrontement économique mondialisé. Protéger son économie des attaques extérieures, conserver ses emplois ou défendre les acquis de ses travailleurs est une fierté et un impératif pour bon nombre de pays. La suite

Le jeu inégal entre pays libéraux

16 mai, 2008 · 1 commentaire 

Le Japon affiche officiellement 170 secteurs stratégiques dans le domaine économique. De leur côté, les Etats-Unis verrouillent leur marché intérieur par le biais de leur loi sur la sécurité nationale. Cette différence se retrouve aussi dans l’ouverture des Bourses au capital étranger comme l’indique les répartitions entre ces quatre places boursières. La suite

Le Japon, où comment devenir une puissance militaire sans en avoir le droit ?

10 avril, 2008 · Poster un commentaire 

Depuis le 03 mai 1947, l’article 9 de la Constitution japonaise maintient l’Archipel dans l’impossibilité de faire la guerre et de disposer d’une armée.
Chapitre II. Renonciation à la guerre
Article 9. Aspirant sincèrement à une paix internationale fondée sur la justice et l’ordre, le peuple japonais renonce à jamais à la guerre en tant que droit souverain de la nation, ou à la menace, ou à l’usage de la force comme moyen de règlement des conflits internationaux.
Pour atteindre le but fixé au paragraphe précédent, il ne sera jamais maintenu de forces terrestres, navales et aériennes, ou autre potentiel de guerre. Le droit de belligérance de l’État ne sera pas reconnu.
Pendant de nombreuses années, les dirigeants politiques se sont réfugiés dernière cet article pour maintenir une situation de statu quo et de dépendance aux Etats-Unis afin de pouvoir privilégier l’essor économique et ne pas avoir à affronter le sentiment pacifiste de la population, marquée par les explosions nucléaires d’Hiroshima et Nagasaki.
Les années 1990 ont vu le Japon marquer une inflexion dans sa politique de défense. Totalement dépendant pour la sécurité de ses approvisionnements en énergie, menacé par l’instabilité de la Corée du Nord et la montée en puissance régionale et mondiale de la Chine, le Japon a cherché le moyen de s’affranchir progressivement du carcan de l’article 9 de sa Constitution afin d’affirmer sa volonté de dépasser son statut de grande puissance économique et acquérir une vraie dimension politique, en revendiquant notamment un siège permanent au Conseil de sécurité des Nations Unies. Progressivement, les FAD, Forces d’Autodéfense, ont pu participer à des opérations de maintien de la Paix sous mandat ONU, puis sans mandat ONU mais pour une durée limitée (Iraq 26 juillet 2003). Les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis ont été providentiels pour les partisans d’une évolution militaire du Japon. La mise en place de dispositions antiterroristes a ainsi permis aux forces d’autodéfense maritimes de coopérer dans l’océan Indien, loin du Japon, avec d’autres forces militaires.
Depuis la fin des années 1990, le débat sur la révision constitutionnelle a été relancé afin de permettre au Japon de disposer officiellement de forces armées. 4ème budget militaire mondial en 2003 avec 39 milliards d’euros, le pays n’arrive pas à franchir le pas. Une partie de la population fait en effet toujours front contre une révision constitutionnelle et la mentalité des politiques japonais, souvent de peu d’envergure, ne favorise pas l’affrontement direct avec le peuple. Les évolutions sont donc feutrées. Pas à pas, le Japon contourne sa Constitution pour se donner les moyens de son ambition sur la scène régionale et mondiale et se départir de la tutelle américaine qui dispose encore aujourd’hui de très nombreuses bases sur le sol japonais avec près de 50 000 soldats.

Matthieu Depoire

Les limites de puissance du Japon (suite)

10 mars, 2008 · Poster un commentaire 

Les prévisions de croissance de l’économie japonaise pour l’année 2008 sont annoncées entre 1.3 et 1.8%, inférieures à celles de 2007 (2.1%). Le cabinet du Premier ministre a reconnu que l’économie japonaise était en train de ralentir. Si le Japon est toujours la deuxième puissance économique mondiale, sa structure, ses atouts historiques et sa gestion forment aujourd’hui une contradiction à la volonté de puissance du Japon en rendant plus faible le pays.
La suite

Japon : volonté de puissance face à repli sur soi.

5 mars, 2008 · Poster un commentaire 

Le Japon est encore aujourd’hui la deuxième économie du monde, le premier créancier des Etats-Unis et détient les deuxièmes réserves mondiales de change. Sur ces seuls chiffres, le Japon dispose à priori d’arguments économiques majeurs pour exprimer sa volonté de puissance dans le monde. Un certain nombre d’économistes, pas uniquement japonais, estime également que l’économie de l’Asie, dont celle du Japon, est découplée de celle des Etats-Unis, lui permettant ainsi de mieux résister aux fluctuations des marchés liés à la situation économique américaine. Dans le contexte actuel où la crise américaine des subprime se répercute dans le monde entier, cet argument paraît renforcer encore la capacité de ce pays à exprimer et développer sa politique de puissance. La suite